France : à 9 mois des élections européennes, le parti socialiste peine à s’unir

France : à 9 mois des élections européennes, le parti socialiste peine à s’unir

Le 19 mai 2019 auront lieu les élections pour le renouvellement du parlement européen. C’est l’occasion pour les différents partis notamment, le parti socialiste, de conquérir de nouveaux sièges et de représenter les citoyens européens. Cependant toujours pas de tête de file pour le PS français.

Le PS en rang dispersé

Si le PS n’a pas encore de chef de file, c’est simplement parce qu’en interne, les violons ne s’accordent pas. Depuis sa défaite cinglante à l’élection présidentielle de 2017, le parti n’a pas encore repris ses forces. Et la mission est loin d’être aisée.

 D’ailleurs, c’est en prenant compte de cette difficulté que le PS français appelle ouvertement à la contribution de la grande famille socialiste européenne. Le Belge Paul Magnette est d’ailleurs pressenti pour conduire la liste socialiste aux Européennes de 2019. Si rien n’est encore officiel, bon nombre de socialistes français sont clairement ouverts à cette idée.  

Selon le sondage réalisé par l’IFOP, le parti d’Olivier Faure se situe dans une position non enviable. Il récolte 6% d’intention de vote, derrière La France Insoumise, Les Républicains, le Rassemblement national et La République en Marche. De quoi inciter les cadres du parti à mettre tout en œuvre afin d’éviter une autre défaite de taille. Mais pour l'instant, les dissensions sont encore d’actualité

Les candidats PS pressentis pour les Européennes

Entre les déserteurs et ceux qui y croient encore, on retrouve des partisans qui affichent une détermination de fer. C’est le cas de Pierre Moscovici. Le commissaire européen qui ambitionne depuis longtemps de conduire le PS lors des prochaines élections européennes renforce sa présence.  

L’ancien député Julien Dray se positionne également comme une figure leader. En plus de plaider pour une stratégie collective, il souhaite porter le projet du PS lors des Européennes de l’année prochaine. Outre ces leaders, il est clair que le parti socialiste et son premier secrétaire Olivier Faure auront fort à faire pour taire les discordes internes et remonter la pente.

En 9 mois, le PS français a encore des chances de mieux aborder les élections pour l'Union européenne. Néanmoins, les leaders français ont tout intérêt à trouver un terrain d'entente.